La vie quotidienne après la maladie, et après les interventions de
reconstruction est parfois difficile à appréhender. Des solutions
sont proposées pour permettre aux malades de se réintégrer dans une
vie sociale, ou tout simplement dans la vie du village au sein de la famille.
Passer du " statut " d'exclu à celui d'individu " normal " pose souvent
problème. De " caché " au fond d'une case, la victime se retrouve tout
à coup au beau milieu de personnes qui ont une occupation dont elle ignore
tout. Il lui faut apprendre alors à se servir d'outils inconnus ou de réaliser
des gestes inhabituels. L'idéal serait de former ces anciens malades
aux tâches de la terre, de la culture, de l'élevage ou à un métier artisanal
pour lui permettre de trouver un moyen de subsistance et devenir autonome.




Les femmes peuhles pilent le mil
Une jeune fille trie le grain avant de tamiser




Les femmes vendent les légumes

D'autres vendent du savon artisanal
au marché



Les batiks sont des créations uniques et les styles diffèrent
d'un artisan à l'autre


Des articles de maroquinerie, spécialité de certaines régions
du Burkina Faso


L'artisan maroquinier au travail de découpe



Le tissage permet aussi à des jeunes
de se former, sous l'œil attentif et
confirmé de La tisserande.
Deux jeunes bergers ont
pris la pose sous le soleil





Un troupeau à la tombée du jour